mardi 9 septembre 2014

Le Clan suspendu - Etienne Guéreau


Lu en : V.F (éditions Denoël)

Résumé : Un clan haut perché dans les bois. Un ennemi étrange. Seule une jeune fille osera désobéir afin d’échapper à son destin.
Ismène vit parmi les siens, dans un village accroché à dix mètres de hauteur. Tous pratiquent des rites immuables et répètent inlassablement Antigone, la tragédie qu’il leur faut connaître sur le bout des doigts.
Descendre leur est interdit, car en bas une créature sanguinaire massacre ceux qui s’aventurent sur son territoire…
Quand le jeune Hémon décide de contester l’ordre établi, tout bascule. Pour fuir cet univers oppressant et comprendre le sens profond de la tradition qui leur a été inculquée, Ismène va devoir percer le secret qui menace son clan.
 

Je remercie sincèrement les éditions Denoël et plus particulièrement Madame Burlac pour la plongée dans cette dystopie des plus originales et addictives ! 

French Touch : A very good dystopia: a pleasant writing, intriguing characters, an addictive mystery : a very good surprise !


Chronique : Le Clan suspendu fait parti de ces livres que l'on commence le matin et que l'on termine l'après-midi : on tourne les pages complètement accaparé par l'histoire, l'originalité et la recherche de réponses.

L'auteur réussit à combiner la philosophie, on retrouve ainsi certains préceptes de Rousseau, Hobbes ou de Kant, la littérature au travers d'Antigone et la modernité avec l'instauration d'une société utopique qui dérive petit à petit en cauchemar, une nouvelle version de Sa Majesté des mouches peut-être ?

J'ai énormément apprécié Ismène - l'héroïne - avec qui le lecteur va apprendre en même temps qu'elle toutes les subtilités de son univers. On oublie très vite l'âge de cette jeune fille (12 ans) car la société fait d'elle déjà une femme, la sexualité naissante est présente : le clan suspendu est une sorte de communauté tribale renaissante.

Toute la société, ses us et coutumes sont extrêmement bien décrits, de même que la désacralisation des traditions au profit de la loi du plus fort. Si le début est un peu lent on sent progressivement que quelque chose va tourner au drame, qu'un mystère est sous-jacent : à nous de le découvrir.

L'écriture est aussi vraiment agréable et permet de rentrer très facilement dans le récit et de voguer d'un évènement à un autre. Denoël ne ment pas : on ne lâche pas ce livre jusqu'à la touche finale, et même si cela n'est pas un coup de cœur notamment à cause du sentiment de huis clos - mais volontaire et très bien mené- je le conseille très fortement ! Un livre pour les jeunes et les adultes : conseillé par de nombreux blogueurs et libraires


11 commentaires:

  1. Plus je vois de chroniques , plus j'ai envie de le découvrir .Merci de cet avis .

    RépondreSupprimer
  2. J'avais déjà noté ce livre dans ma petite liste de livres qu'ils seraient bien sympathique de lire, à cause des noms de personnages qu'on retrouve dans Antigone :) Merci pour cette chronqiue :)

    RépondreSupprimer
  3. Je note ce titre, il a l'air pas mal !

    RépondreSupprimer
  4. L'auteur n'est pas parvenu à me convaincre. Comment peut-on retomber à un tel état primaire en si peu de générations? J'aurais pu passer sur certains détails si le style, le suspense m'avaient emballée mais j'ai trouvé certains dialogues un peu plats. Les expressions transmises en langage parlé m'ont définitivement fait baisser les bras. Dommage, je suis complètement passée à côté de ce livre.
    heureusement, beaucoup l'ont aimé.

    RépondreSupprimer
  5. J'entends de plus en plus de bien sur ce titre et je commence à être vraiment très intriguée, encore plus après ta chronique ! :)

    RépondreSupprimer
  6. J'ai beaucoup apprécié cette lecture !!! :)

    RépondreSupprimer
  7. J'ai vraiment passé un excellent moment avec ce roman que j'ai dévoré. L'auteur a des idées vraiment surprenantes. J'ai adoré !!

    RépondreSupprimer
  8. Punaise ce résumé est super original !!
    Je me laisserais peut-être bien tenter.... certainement même :p
    Des bisous,

    Cajou

    PS : c'est quoi ce rythme de lecture de malade que tu as:o :o Je te jalooouuuuuuse :p

    RépondreSupprimer