lundi 13 avril 2015

Maman a tort - Michel Bussi






Un grand merci aux éditions Presses de la Cité ainsi qu'à Babelio pour cette lecture !
http://www.babelio.com/

Maman a tort
de Michel BUSSI
Editions Presses de la Cité
509 pages

Rien n’est plus éphémère que la mémoire d’un enfant.
Quand Malone, du haut de ses  trois ans  et demi, affirme que sa maman n’est pas sa vraie maman, même si cela semble impossible, Vasile, psychologue scolaire le croit.
Il est le seul… il doit agir vite. Découvrir la vérité cachée. Trouver de l’aide.
Celle de la Commandante Marianne Augresse par exemple. Car déjà les souvenirs de Malone s’effacent. Ils ne tiennent plus qu’à un fil, qu’à des boute de souvenirs, qu’aux conversations qu’il entretient avec Gouti, sa peluche.
Le compte à rebours a commencé.
Avant que tout bascule. Que l’engrenage se déclenche. Que les masques tombent.
Qui est Malone ?

(Source : Presses de la Cité)

Michel BUSSI, né le 29 avril 1965 à Louviers, est un auteur et politologue français, professeur de géographie à l'université de Rouen, où il dirige une UMR du CNRS. Il est spécialiste de géographie électorale.

(Source : Wikipédia)


Les délires gribouillistiques du Grybouille :

La signature « BUSSI », indéniablement le style de l’auteur est une nouvelle fois au rendez-vous. Toujours un fil conducteur pour « Maman a tort » ce sera la mémoire… Non pas celle défaillante que nous connaissons tous certains jours de débâcle intellectuelle mais celle évanescente de nos chères têtes blondes avant cinq ans.
D’ailleurs le prénom d’Alzheimer c’est quoi ?
Bon ne perdons pas de temps le compte à rebours est enclenché.


La dédicace : « A  ma maman, évidemment », cela donne le ton ;
L’inter page : A mon humble avis tout simplement génial en accroche de sept lignes ;
Le récit : Comme un bon et beau gâteau les livres de Michel Bussi ont plusieurs couches imbriquées les unes dans les autres.
 Ici celle de Malone un enfant de trois ans et demi qui ne se sépare jamais de son Doudou, une peluche en forme de rat gris, mou, mort… qui a souffert d’être trainé partout, et puis ce cambriolage qui a mal tourné à Deauville…
Malone subit l’amour de deux femmes, Mamanda qui s’occupe de lui comme le font toutes les mères conscientes du cadeau qui leur a été fait par la nature et puis une ombre, un fantôme, encore présent pour quelques temps dans sa mémoire.
Qui va le croire lorsqu’il dit que Mamanda n’est pas sa vraie maman ?
Vasile Dragonman, le psychologue de l’école !
Mais qui va le croire lui ?
La Commandante Marianne Augresse qui est déjà empêtrée dans une enquête sur le braquage de magasins de luxe en plein centre de Deauville.
Deux morts chez les braqueurs et le reste de l’équipe en cavale avec le butin…
Bon Vasile est mignon et Marianne est à la recherche d’un papa amant, son amie Angie à l’origine de leur rendez-vous l’a peut-être fait exprès ? Merci la copine…
Alors de flash en flash, de perroquet vert et rouge  en bateau de pirate, de château avec ses quatre tours et la forêt des ogres et la fusée et la couleur rouge et les gouttes de pluie qui blessent et… Malone porte, transporte son histoire de jour en jour, le lundi c’est le jour de la lune, le mardi c’est… Il y a urgence car dans sa tête les images vont partir !

Pour ne pas « spoiler » cette belle production de maitre Michel Bussi, je ne dirai qu’une chose : « Ce roman, c’est le polar français de vos vacances ! »

Bien installé, au calme, les beaux jours arrivent, légèrement bercé par le chant des oiseaux qui se cherchent, les rayons du soleil qui vous donnent bonne mine, un sourire aux lèvres et une boisson fraiche à portée de la main, vous dégustez ce très bon livre « Maman a tort » de Michel Bussi aux éditions Presses de la Cité.

Grybouille vous laisse à votre lecture, je me retire sur la pointe des pieds, voilà je suis parti… Vous êtes bien…


Quoi ? Certains réclament des extraits ? Bon, soit,  j’obtempère :

« Notre vie est guidée par des actes dont nous n’avons aucune preuve. Une boite noire à laquelle nous n’aurons jamais accès »

« Que les enfants n’oublient jamais le goût des bonnes choses. Seules les mères peuvent apporter cela aux petits hommes : la sensibilité ! S’ils suivaient les pas de leurs pères, les idéalisaient, le foot, les bagnoles, la perceuse, ils seraient foutus, ils deviendraient aussi cons qu’eux. Des générations de cons ! Seules les mères pouvaient tenter de freiner cette malédiction »

« Quelqu’un qu’on aime…il faut parfois oser le laisser partir loin. Ou savoir l’attendre longtemps. C’est une vraie preuve d’Amour, la seule, peut-être »

« …seuls les canards se tirent d’ici… »

Et pour finir, papy, lieutenant de police au prise avec la voix féminine du GPS : « Connasse ».

Quoi ? Les personnages ?  Pas tous, un peu de découverte que diable…

Malone Moulin, trois ans et demi, mais qui est sa vraie maman ?
La Commandante Marianne Augresse, célibataire, 40 ans, un vide… pas d’enfant.
Le Lieutenant Jean-Baptiste Chevalier, Jibé,  la trentaine, marié, papa, parfait, trop ?
Le Lieutenant Patrick Pasdeloup, papy, 50ans, joggeur compulsif,  divorcé, papa en manque. 
Angélique, Angie, la copine de Marianne.
Vasile Dragonman, roumain d’origine, psy scolaire de son état et motard, un type bien.
Alexis Zerda, Timo Soler, Ciryl et Ilona Lukowik, les quatre desesperados de Potigny.
Clothilde Bruyère la maitresse d’école, Lucas Marouette le policier stagiaire et Gouti le Doudou…

Vous avez remarqué les noms… Déjà là, il y a de la recherche.

Quoi ? Un qualificatif pour ce sixième roman chez Presses de la Cité ?  Machiavélique à souhait.

STOP…

@bientôt, on se replonge dans sa lecture, le soleil, le calme, les oiseaux et Michel Bussi…








27 commentaires:

  1. Très belle chronique :) Depuis le temps que je dis qu'il faut que je découvre Bussi, peut-être avec ce roman? :) En tout que tu m'as intriguée :)
    Bonne prochaine lecture :)

    RépondreSupprimer
  2. je crois que je ne passerai as à coté de celui ci!!!!!;)
    Chronique qui donne bien envie....Vivement les vacances alors!!!;)

    RépondreSupprimer
  3. Un Michel Bussi que je vais dévorer sur la plage cet été ! :-) Merci Grybouille !

    RépondreSupprimer
  4. Michel Bussi commence à me faire changer d'avis, apparemment on peut écrire beaucoup de romans, très régulièrement, et ne pas altérer sur leur qualité. Celui-ci est tentant !

    RépondreSupprimer
  5. J'en pleure, j'ai même pas reçu l'email pour cette masse alors que d'habitude je reçois toutes celles pour Bussi, je suis dégoûtée, c'est mon auteur favori ahh j'en peux plus d'attendre!!! lol

    RépondreSupprimer
  6. Roooh Grybouille merci pour ton avis toujours aussi joyeux !
    Bussi est une valeur sûre ! Je n'ai lu qu'un roman de lui (Un avion sans elle) mais je compte bien remédier à tout ça...

    RépondreSupprimer
  7. Je dois bien avouer que je suis jalouse de devoir attendre encore plus de 3 semaines pour la sortie de ce livre. Bussi est mon auteur chouchou, je sens que je ne vais pas être déçue avec ce titre là...j'ai hâte hâte hâte ...

    RépondreSupprimer
  8. Oh il faudrait vraiment que je tente un roman de l'auteure après toutes les belles choses que j'entends à leur sujet !

    RépondreSupprimer
  9. Oh, il faut que je le lise vite vite :p

    RépondreSupprimer
  10. Je n'ai pas encore eu l'occasion de découvrir cet auteur mais ce n'est pas l'envie qui me manque !

    RépondreSupprimer
  11. Bon un autre Bussi qu'il me faut :)

    RépondreSupprimer
  12. Déjà fan ... je ne vais pouvoir que m'y atteler ! Excellente ta chronique Griboulle ! heu Grybouille pardon ! ;)

    RépondreSupprimer
  13. Michel Bussi a une plume que j'aime beaucoup, il va sans dire que celui-ci rejoint direct ma wish, en plus ta chronique donne très envie :)

    RépondreSupprimer
  14. Un auteur que j'ai envie de découvrir depuis un petit moment maintenant...

    RépondreSupprimer
  15. Cette histoire m'intrigue beaucoup !

    RépondreSupprimer
  16. J'ai trop hâte de le lire !!!! :) Merci pour ces courts extraits qui me font encore plus saliver !! :)

    RépondreSupprimer
  17. ^^ O:-)
    Alois;).... Alzheimer Alois :P

    RépondreSupprimer
  18. J'aime lire tes chroniques, elles sont hors du commun !

    RépondreSupprimer
  19. J'entends beaucoup parler de cet auteur en ce moment ! Du coup, je m'y essaierais bien !

    RépondreSupprimer
  20. Je n'ai jamais lu un livre de l'auteur, je tenterai bien la découverte avec ce titre =)
    Merci pour cette chronique !

    RépondreSupprimer
  21. Il me tente bien ce roman et depuis le temps que je veux découvrir l'auteur ! voilà une bonne occasion ;-)

    RépondreSupprimer
  22. c'est ce que j'ai compris aussi, Bussi c'est de la bonne lecture détente, pas compliquée mais bien divertissante!

    RépondreSupprimer
  23. Un auteur que je ne connais pas mais ce livre me donne envie de le découvrir!! =)

    RépondreSupprimer
  24. Ça sent bon le soleil tout ça !!! Michel Bussi devient l'auteur incontournable des vacances et moi je suis encore à la traîne... pfff, je ferai bien de me reprendre on dirait ^^ Merci Grybouille de me remettre sur le droit chemin :D

    RépondreSupprimer
  25. Pour moi il ne faut surtout pas lire tous les bussi a la suite. Ils se ressemblent tous et bien qu'ils soient divertissant ils sont souvent pleins d'improbabilités qui gâchent un peu ma lecture.

    RépondreSupprimer