mercredi 17 février 2016

Ballade pour Leroy - Willy Vlautin























Merci aux éditions Albin Michel pour cette magnifique lecture ! 



Ballade pour Leroy

Auteur : Willy Vlautin | Traducteur : Hélène Fournier

La première chose que voit Leroy lorsqu'il sort du coma, c'est la photo d'une pin-up en bikini aux couleurs du drapeau américain. Une vision aussi nette que les sept années qui séparent son départ pour l'Irak de cet instant précis où il se réveille dans un établissement spécialisé. Lui qui avait oublié jusqu'à son nom pourra-t-il redevenir un jour celui qu'il a été ?
Alors qu'il prend une terrible décision, son destin va bouleverser la vie de ceux qui gravitent autour de lui : Freddie, un gardien de nuit, Pauline, une infirmière, sa petite amie Jeanette et sa mère Darla, qui continue à lui lire à haute voix des romans de science-fiction. Pendant que Leroy lutte dans un inquiétant monde parallèle pour sauver sa peau... Après Motel Life et Plein nord, Willy Vlautin signe un roman très fort sur les oubliés du rêve américain. Un livre magnifique sur ceux qui s'accrochent à la vie envers et contre tout, où courage et bienveillance font contrepoids à la noirceur du quotidien.

L’Auteur :

Chanteur et compositeur du groupe folk-rock Richmond Fontaine, Willy Vlautin est né en 1967 à Reno (Nevada). Il vit aujourd'hui à Portland, Oregon.
Ses deux romans, Motel Life (Albin Michel, 2006) et Plein nord (Albin Michel, 2010), traduits en plusieurs langues et unanimement salués par la presse, ont été adaptés au cinéma. Ballade pour Leroy est son troisième roman.

Grybouille en ballade avec Willy

Il y a des livres comme celui-ci qui vous habitent, qui restent en vous,  pour lesquels il y aura toujours une place dans vos voyages intérieurs, là au fond de nous lecteurs (trices).

Il y aura ceux qui l’auront lu et ceux qui en entendront parler, pas la même chose assurément…

Ballade pour Leroy, c’est un voyage immobile pour Leroy dans un monde qui continue son mouvement. Tout autour de ce jeune meurtri, en souffrance, la vie continue.
Des vies de gens comme vous et moi qui chacun avec leur vécu se battent tous les jours pour rendre leur avenir meilleur.
Ici pas de cascade, pas de « bling-bling », pas de sensationnel, que de la sincérité, de l’émotion, une énorme découverte qui aurait manqué au p’tit Duc s’il était passé à coté.

Willy Vlautin, un inconnu pour moi avant ses 304 pages m’a retourné… La traduction est au diapason, un binôme qui s’est trouvé pour notre plus grand bonheur livresque.

L’histoire, WWHHHAAAAOOOOOOUUUUUUUUU……
Il fallait vraiment avoir de l’imagination pour sortir de l’ornière de l’histoire du jeune soldat blessé au combat qui revient polytraumatisé d’un lointain théâtre d’opération et qui sept ans après son retour lors d’un moment de lucidité, prend une terrible décision, la sienne…

La froide simplicité des choses.

Un voyage se met en place en  compagnie de celle qui est tout pour lui, Jeannette avec qui il a tout partagé, comme la lecture et oui, la lecture comme nous !

Certains personnages,

Jo, adolescente perdue, prise en charge par de jeunes hommes qui profitent d’elle. Veut-elle vraiment être sauvée ?
Mr Flory, entouré des siens, « …Même maintenant alors que je sais que je vais mourir, je n’y crois toujours pas. »
Pat Logan, fils qui hérite d’une société dont il laisse la charge à plus compétent mais jouit des dividendes, un furoncle sur un corps sain.
Freddie Mc Call, le courage à l’état pur, le don de soi, la classe, foi de p’tit Duc…
Darla Kervin, la maman de Leroy, « Une petite amie n’est pas censée s’occuper jusqu’à la fin de ses jours d’un homme qui…C’est le rôle d’une mère… »
Jeannette, un Amour sans faille, éloignée, proche, toujours en symbiose.
Pauline, et Donna son lapin, infirmière d’un jour infirmière toujours… Son père lui dit « Merci »
Mora, serveuse, enfin beaucoup plus qu’une porteuse de nourriture.
Et Leroy, notre maître de cérémonie…

Une phrase qui m’habitera pour toujours car bien avant de lire ce livre j’ai souhaité de toutes mes forces d’oiseau à plumes que tous ces mots collés ensemble soient la clé, la vérité ultime, car le hasard n’existe pas : « … Parce qu’en mourant je me fondrai en Toi. Je ferai partie de Toi. »
Maintenant il nous faut trouver qui est le Toi, le premier qui le trouve le dit aux autres.

Merci à Mr Willy Vlautin,

Grybouille vous laisse à vos choix mais si vous ne le lisez pas, j’appelle l’oncle Jeff !

Hou Hou à tous et à toutes…




16 commentaires:

  1. Il a l'air vraiment bien, je suis tentée, là. ^^ Merci pour la découverte !

    RépondreSupprimer
  2. Il a l'air absolument génial, il me le faut !

    RépondreSupprimer
  3. je ne connais pas du tout mais ta chronique montre ton coup de coeur :) je vais le tenter :)

    RépondreSupprimer
  4. Je ne connaissais pas, mais tu me donnes très envie de le découvrir ! :)

    RépondreSupprimer
  5. J'étais tentée. Maintenant, il me le faut. Ce roman a vraiment TOUT pour m'emporter. Présenté ainsi, impossible de passer mon chemin! "Cheyenne en automne" se trouve dans ma PÀL. Du coup, j'ai très envie de le mettre sur le haut de la pile, en attendant celui-ci.

    RépondreSupprimer
  6. Coup de cœur de Grybouille ? Roman américain ? Grand bonheur livresque ? Je vais en librairie dès aujourd'hui ! :-)

    RépondreSupprimer
  7. Je ne sais pas si ça pourrait me plaire, mais ton avis est très enthousiaste :)

    RépondreSupprimer
  8. J'aime beaucoup cet auteur dont j'ai lu les précédents romans publiés par les éditions 13ème notes (et qui ont malheureusement disparu depuis).

    RépondreSupprimer
  9. Et voilà, tu m'as encore fait succomber Léa. Je veux! Et le plus vite sera le mieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour une fois je n'y suis pour rien, c'est Grybouille qui a chroniqué le livre :)
      Je suis très heureuse que tu veuilles le lire ;)

      Supprimer
  10. Je l'ai reçu, j'ai vraiment hâte de le découvrir! Merci pour cet avis, Grybouille!

    RépondreSupprimer
  11. Une chose est sûre ; il faut absolument que je fasse parti de celles et ceux qui l'auront lu ! Encore une plume de P'tit Duc qui aura volée jusqu'à moi pour me charmer ;-) Merci Grybouille !

    RépondreSupprimer