vendredi 21 avril 2017

A la découverte de la collection Cadre Noir [Seuil] !



A la découverte de la collection Cadre Noir chez les éditions du Seuil !


Dès que j'ai appris la création de cette collection j'ai su immédiatement qu'elle allait me plaire notamment en voyant les premiers auteurs publiés : William Gay et Clayton Lindemuth, deux auteurs américains que j'adore.
Je chroniquerai d'autres sorties dans cette collection mais je souhaitais vous la faire découvrir au travers de ces deux écrivains incontournables.


Petite sœur la mort - William Gay

Traduction : Jean-Paul Gratias
Résumé : En 1982, David Binder, jeune auteur que son éditeur a convaincu d’écrire un roman de genre, s’installe avec sa femme – enceinte et réticente – et leur petite fille dans l’ancienne maison d’une famille de planteurs, à Beale Station, Tennessee. La demeure n’a pas bonne réputation : un fantôme cruel et facétieux en a tourmenté les occupants au début du XIXe siècle, persécutant plus particulièrement la jeune Virginia. Sur la propriété, la pierre tombale de Jacob Beale est éloquente : « 1785-1844. Torturé par un esprit. » Il semblerait que le fantôme ait été une dame, et qu’elle rôde encore dans les murs. Or David s’est laissé envoûter par le lieu… La vie quotidienne, et conjugale, des Binder va s’en ressentir, jusqu’au drame.






Chronique : J'avais lu et adoré La Mort au crépuscule et La Demeure éternelle, j'avais donc hâte de dévorer ce nouveau livre !

Ce roman est assez différent des deux autres, si les précédents sont dans la veine du roman noir, ici il s'agit plus d'une histoire gothique, d'un roman d'horreur. Ne soyez pas effrayé : William Gay maîtrise parfaitement ce style et réussit même à nous surprendre avec ce récit. J'ai été captivée dès les premières lignes et ce notamment parce que l'auteur décide de remonter dans le temps et de nous raconter un événement qui se déroule au XVIIIème siècle pour progresser vers la fin du XXème. Le lecteur se demande dès lors : quel est le lien entre ces différents moments ? Le suspens est déjà là : le lecteur est pris au piège.

David Binder est un jeune auteur qui n'a plus l'inspiration et décide dès lors d'écrire un roman fantastique sur l'histoire vraie d'un fantôme... C'est un récit noir, qui doit se lire absolument la nuit pour s'imprégner de l'atmosphère, des odeurs, des lieux, des phénomènes surnaturels. Il y a du Stephen King et du Henry James dans ce roman. Tout est parfaitement en place pour vous faire sursauter au moindre bruit.

Tout en dépeignant une histoire sombre, l'auteur réussit aussi à y apporter cette étincelle propre aux grands classiques. Un style épuré, accrocheur où les dialogues sont intégrés aux descriptions sans aucune séparation. C'est un livre qui se lit d'une seule traite !

En définitive, Cadre Noir frappe fort avec ce livre !



En mémoire de Fred - Clayton Lindemuth

Traduction : Patrice Carrer
Résumé :Baer Creighton est un cul-terreux fruste et macho obsédé par le Bien et le Mal. Depuis que, gamin, son grand frère Larry a essayé de l’électrocuter, il reçoit une décharge chaque fois que quelqu’un lui ment. Ou alors il voit une lueur rouge dans les yeux du menteur. Un don fort utile, mais est-ce suffisant maintenant qu’il faut venger Fred ? Le pitbull, son seul ami dans les bois de Caroline du Nord où il vit pas très loin des personnages de Ron Rash, a été kidnappé. On le lui a rendu en piteux état, victime d’un des impitoyables combats de chiens clandestins qu’organise l’abominable Joe Stipe, le caïd de la région. Quand il ne soigne pas Fred devenu quasi aveugle, Baer distille une gnôle si sublime que tout le monde lui en achète, le shérif compris. Ça lui donne du courage pour mûrir son plan. Non qu’il en manque, mais, en face, l’ennemi surarmé est en nombre et la lutte semble inégale. « Œil pour œil, dent pour dent », tel est le code de l’honneur hérité des pionniers. Baer l’appliquera jusqu’au bout. Voire plus loin.



Chronique : Une contrée paisible et froide avait été une très belle découverte, j'étais donc très impatiente de lire le nouveau roman de Clayton Lindemuth !

L'auteur reste dans son domaine de prédilection du country noir américain en y ajoutant une petite touche de surnaturel avec le don précieux de son antihéros. Ce roman a pour thématique centrale la vengeance, il est plus frappant que son roman précédent, plus sombre, plus noir, plus dur. Si pour certains aspects j'ai préféré le premier livre, celui-ci a de sérieux atouts qui démontrent encore une fois tout le talent de cet auteur.

Il réussit ainsi à brosser le cadre social des coins reculés américains, point essentiel du country noir et qui donne une puissance humaine au récit. Il réussit aussi à décrire une histoire qui devient progressivement fascinante du fait de son personnage central : un être rustre mais néanmoins attachant. Un être qui va aller au-delà de toutes les conventions, des mœurs et ce pour respecter la loi du talion.

Avec des dialogues vifs et acérés, des descriptions réalistes et exacerbés, des rebondissements forts et puissants, En mémoire de Fred est un excellent roman qui démontre la faculté de l'auteur à allier un style efficace et un récit prenant. Je vous conseille donc de vous procurer son premier en poche et d'y ajouter ce second : de quoi bien se régaler avec les beaux jours qui arrivent.

En définitive, encore une fois jackpot pour Cadre Noir, cette collection signe des débuts très prometteurs et excellents ! 



6 commentaires:

  1. Une collection prometteuse dis donc, je note, elle pourrait bien me plaire :D !

    RépondreSupprimer
  2. Je dois avouer qu'ils me tentent bien tous les deux :-)

    RépondreSupprimer
  3. Je ne connaissais pas cette collection, franchement, elle pourrait bel et bien me plaire ! Merci Léa, tu es mon guide lorsque je vais à la librairie :p

    RépondreSupprimer
  4. Je pense que cette collection va me plaire, merci pour la découverte ! ^^

    RépondreSupprimer
  5. Génial ! En mémoire de Fred pourrait m'intéresser...je note :)

    RépondreSupprimer
  6. Une collection prometteuse! J'attends mon exemplaire Au scalpel de Sam Millar (masse critique privilégié) pour me faire mon avis :p

    RépondreSupprimer