samedi 7 octobre 2017

Aux confins du monde - Karl Ove Knausgaard

Lu en : V.F.
Traduction : Marie-Pierre Fiquet
Résumé : À dix-huit ans, fraîchement sorti du lycée, Karl Ove Knausgaard part vivre dans un petit village de pêcheurs au nord du cercle arctique, où il sera enseignant. Il n'a aucune passion pour ce métier, ni d'ailleurs pour aucun autre : ce qu'il veut, c'est mettre de côté assez d'argent pour voyager et se consacrer à l'écriture. Tout se passe bien dans un premier temps : il écrit quelques nouvelles, s'intègre à la communauté locale et attire même l'attention de plusieurs jolies jeunes femmes du village. S'installe peu à peu la nuit polaire, plongeant dans l'obscurité les somptueux paysages de la région et jetant un voile noir sur la vie de Karl Ove. L'inspiration vient à manquer, sa consommation d'alcool de plus en plus excessive lui vaut des trous de mémoire préoccupants, ses nombreuses tentatives pour perdre sa virginité se soldent par des échecs humiliants, et pour son plus grand malheur il commence à éprouver des sentiments pour l'une de ses élèves.


Chronique : Une fois n'est pas coutume, je découvre Karl Ove Knausgaard avec un roman qui n'est pas le premier de sa saga autobiographique, cela n'empêche pas un grand plaisir de lecture !

Je suis même heureuse de découvrir ce romancier dont j'ai énormément entendu parler via ce roman car il traite d'une thématique qui me plait énormément : la sortie de l'adolescence, le début de l'âge adulte et de ses questionnements. C'est un beau pavé entre introspections personnelles et questions universelles : en racontant sa propre vie, l'auteur raconte des expériences qui peuvent faire écho dans une certaine mesure à nos propres vies.

Le lecteur qui connait déjà ce romancier ne sera pas surpris de l'absence de rebondissements, d'actions... Si comme moi vous commencez, vous le découvrez via ce livre il faut vous attendre à un roman au rythme assez lent, c'est autant un exercice de style qu'une autobiographie. Je ne lis pas énormément de littérature nordique mais j'ai apprécié cette lecture notamment du fait du rapport passionnel de l'auteur envers la littérature.

En effet j'aime comment le romancier parle de sa passion des livres, il a une personnalité très particulière qui peut parfois faire penser à un Charles Bukowski norvégien du fait de la boisson, de son égocentrisme ponctuel... Cela prouve en réalité une véritable honnêteté de la part de l'écrivain : il se livre totalement sans chercher à cacher ses défauts et ses pensées.

En définitive,  un roman personnel qui m'a permis de découvrir un grand romancier norvégien !  














1 commentaire:

  1. J'ai lu les deux premiers il faut que je continue :-)

    RépondreSupprimer