dimanche 14 janvier 2018

492 [Confessions d'un tueur à gages] - Klester Cavalcanti





















492
Confessions d'un tueur à gages
Klester CALVACANTI
Traduit par : Hubert Tézenas

Júlio Santana, bon chasseur et bon tireur dans son Amazonie natale, a appris la profession de tueur à gages à 17 ans avec son oncle qui lui assure que, s’il récite dix Ave Maria et vingt Pater Noster après chaque meurtre, il n’ira pas en enfer. Il note soigneusement sur un cahier d’écolier le nom des victimes, le nom des commanditaires, la date et le lieu du crime, ce qui lui a permis de compter 492 personnes au long de 35 années de carrière.
Júlio raconte ses drames, ses rêves, ses faiblesses. C’est un homme sensible, un bon fils, un mari aimant et un père affectueux. Il a pour commanditaires l’armée, des maris jaloux ou des pères vengeurs, des grands propriétaires terriens qui éliminent des syndicalistes ou des “sans terre”.
Pour la première fois, un reportage raconte, avec un grand talent littéraire, la vie surprenante d’un homme que tout destinait à être un pêcheur comme son père et son grand-père, mais qui est devenu le plus grand tueur professionnel connu au monde.
« Voici ce que l’on fait de mieux en termes de littérature de non-fiction. Cavalcanti nous met dans la tête d’un personnage que nous devrions considérer comme un monstre : un tueur à gages. Jusqu’au moment où nous nous surprenons à espérer qu’il échappe à ses poursuivants. » Fernando Meirelles (cinéaste)

Klester Cavalcanti est né à Recife en 1969. Grand reporter, il a reçu de nombreux prix internationaux pour son travail de journaliste d’investigation, dont celui de l’agence Reuters, ainsi que le prestigieux prix Jabuti de littérature à trois reprises, notamment en 2012 pour un livre sur son séjour dans une prison syrienne. Il est aussi l’auteur d’un grand reportage sur l’esclavage moderne au Brésil.

(source : Éditions Métaillé)

Grybouille,

Bonjour à tous,
Je dois faire mon « mea culpa », lorsque Léa m’a confié le livre de Klester CAVALCANTI, une biographie d’un tueur à gages d’Amérique du Sud qui porte le titre de « 492_ Confessions d’un tueur à gages », je me suis dit : « 492 descriptions de meurtres cela va être long, très long… »

Et bien force est de constater que je m’étais trompé.
Premièrement, l’auteur ne se complait pas dans la description des assassinats. Et deuxièmement, tout en lisant, nous en apprenons beaucoup sur le Brésil. Je parle de ce Brésil bien loin des plages de Copacabana ou du Corcovado…

Ce travail qui a commencé en 1999 pour Klester CAVALCANTI, a demandé 9 ans pour que le personnage principal de cette biographie, Julio SANTANA, accepte que son nom soit cité.
Ce livre, c’est la retranscription des échanges, au rythme d’une interview par mois, avec un assassin professionnel dont la « carrière » aura duré 35 ans.

Mais, comme je vous le disais en ouverture, le livre parallèlement avec les « activités » de Julio SANTANA nous parle d’une société brésilienne dont nous n’avons, nous européens, aucune idée.

Nous voyageons où la vie humaine est monnayée, où pour se débarrasser des problèmes on les élimine, où on peut être un bon père de famille et participer à des atrocités, où les forces de l’ordre franchissent très facilement la ligne rouge, où il y a encore de la place pour la prière pour effacer ses erreurs…

Début des années 70, à la sortie de l’adolescence Julio, enfant de pêcheur dont la mère s’occupe des trois enfants, la famille vivant en pleine jungle amazonienne, va découvrir plusieurs choses. La première l’amour avec Rithina, la seconde la pension et la troisième que son oncle Cicero, policier, arrondit ses fins de mois en vendant ses services à qui veut bien les payer…

L’argent, l’or, en échange de la vie de ceux qui vont mourir : Homme, femme, militant communiste, personne gênante, guérilléros… Et ce n’est pas pour faire de l’humanitaire.
C’est le monde où vit Julio. La notion du mal existe, mais elle peut se racheter via les dévotions faites lors des prières. Tuer devient un métier, point.

La question que vous vous posez, à l’horizon des années 2000, Julio tue-t-il toujours ?
Une raison de plus pour lire ce livre…

Son auteur Klester CAVALCANTI, dans son rôle de grand reporter, restitue très bien l’ambiance et les mentalités de cette société où la banalité de la suppression d’une vie est monnaie courante.
Dans le genre biographie d’un tueur à gages, ce livre est une réussite sans conteste.

Un conseil du « tonton » Cicero : « Vise-le au cœur et imagine toi que tu vas abattre un animal, comme à la chasse.»

En vous souhaitant bonne lecture,
@ Bientôt,





1 commentaire:

  1. Bien aimé, mais sans plus. Pourtant, tu nous mets l'eau à la bouche.

    RépondreSupprimer