mardi 22 juillet 2014

Les Douze Enfants de Paris - Tim Willocks

Lu en : V.F. (Sonatine Editions)
Résumé : 23 août 1572. De retour d’Afrique du Nord, Mattias Tannhauser, chevalier de Malte, arrive à Paris. Il doit y retrouver sa femme, la comtesse Carla de La Pénautier, qui, enceinte, est venue assister au mariage de la sœur du roi avec Henri de Navarre. À son arrivée, Mattias trouve un Paris en proie au fanatisme, à la violence et à la paranoïa. La tentative d’assassinat contre l’amiral de Coligny, chef des réformistes, a exacerbé les tensions entre catholiques et protestants. Introduit au Louvre par le cardinal de Retz, Mattias se retrouve bientôt au cœur des intrigues de la Cour et comprend très vite que le sang va couler dans les rues de Paris. Dans une capitale déchaînée, où toutes les haines se cristallisent, Carla est impliquée au même moment dans une terrible conspiration. Plongé dans un océan d’intrigues et de violences, Mattias n’aura que quelques heures pour tenter de la retrouver et la sauver d’un funeste destin. Tim Willocks est sans aucun doute l’un des plus grands conteurs de notre temps. Avec un souffle épique qui évoque Alexandre Dumas, il nous donne ici un roman inoubliable qui, se déroulant sur vingt-quatre heures, capture toute la folie d’un des plus terribles épisodes de l’histoire de France.

French TouchA superb historical novel that plunges us into a terrifying page of history. One of the best books this year!


Chronique : Pour ceux qui ont eu la chance de lire « La Religion », l’univers des « Douze enfants de Paris » ne sera pas une surprise, mais un superbe cadeau que nous fait l’auteur Tim Willocks.

Ce deuxième opus, indépendant du premier, où l’on retrouve notre Chevalier de Saint-Jean préféré découvert dans « La Religion », Mattias Tannhauser, se déroule à Paris pendant la Saint Barthélémy.

Un peu d’histoire, l’épisode de la Saint-Barthélemy est le massacre des protestants déclenché à Paris, le 24 août 1572, jour de la Saint-Barthélémy qui se prolongera pendant plusieurs jours dans la capitale, puis s’étendra dans de nombreuses villes de province durant les semaines suivantes.
 Cet épisode tragique des guerres de religion à la Française est déclenché par plusieurs facteurs tant religieux que politiques et sociaux. Il est la conséquence des déchirements  militaires et civils de la noblesse française entre catholiques et protestants, notamment entre le clan des Guise et celui des Châtillon-Montmorency.
C’est le résultat d'une sauvage réaction populaire hostile à la politique royale d'apaisement entre les courants religieux. Il reflète également les tensions internationales entre les royaumes de France et d'Espagne et des Pays-Bas.
La connaissance de cette page terrifiante de notre histoire rend encore plus facile de s’y transporter, de s’y abandonner et  enfin de s’y noyer.
 
Mais revenons à nos moutons ou plutôt à nos loups devrai-je dire car pendant ces heures d’effrois il valait mieux être un loup pour ne pas mourir au milieu des moutons ou être…invisible.
L’ambiance y est fidèlement retranscrite, enfin du moins comme nous pouvons nous l’imaginer lors de ce carnage politico-religieux du 16 éme siècle dans ce Paris devenu « une scène de crime sans fin ». 
Une chose est  sûre, vous ne serez pas dépaysés, ni déçu, par la plume de l’auteur qui détaille les scènes les plus noires que l’humanité est capable de produire avec en surimpression la beauté fragile des grandeurs de l’être humain. A lui seul le chapitre sur l’accouchement de Carla, la compagne de  Mattias notre héros, est un moment d’anthologie. Redoutable ! 
« Combien y-a-t-il de temps dans une minute ? » et « Il faut être bercé d’illusions pour vivre avec des principes », ces deux phrases donnent le rythme et la morale de cet opus.

En 36 heures, période retenue pour cette odyssée, vous découvrirez une pléiade de « caracters » : Grimonde un roi des voleurs au grand cœur capable des pires massacres, des enfants devenus orphelins qui se raccrochent à l’espoir de jours meilleurs, des manipulateurs sans foi ni loi, Alice une merveilleuse sage femme qui lit dans les tarots. Grégoire et son chien Lucifer fidèle parmi les fidèles, enfant défiguré aspiré dans cette aventure qui le fait grandir trop vite. Estelle qui par la force des événements deviendra pour un temps une mère pour sa sœur et des yeux pour son dragon. La Comtesse Carla de La Pénautier est le grand amour de Mattias, jouet de manipulations qui la dépassent.  Et enfin, Mattias Tannhauser cet homme voué à verser le sang, grand pourfendeur devant l’éternel qui doit sauver tout ce petit monde.

Les fondements de toutes les sociétés civilisées sont les enfants pour l’avenir et l’amour entre les êtres pour le lien social me direz-vous et bien dans ces pages ces préceptes sont bien mis à mal vous répondrai-je. Cela nous mène au « bord du gouffre où la fin rencontre le commencement ».
Vous êtes prévenus, passer à coté serait une erreur, assurément un top dix de l’année.

Du même auteur : La Religion_ 2009 et Green River_ 2010.


Chronique faite par :

20 commentaires:

  1. Merci pour ce petit rappel historique! ^^
    Bien qu'il semble assez sanglant, tu me donnes envie!

    RépondreSupprimer
  2. Ah c'est malin, voilà 2 livres qui rejoignent ma Wish!!!!;)
    Chronique géniale!!!!!

    RépondreSupprimer
  3. J'avais peur que ce livre soit trop ardu mais tu en parles bien et donnés surtout très envie. J'attendrai sa sortie poche et me jetterai dessus cest certain !

    RépondreSupprimer
  4. J'adore les thèmes historiques. Je vais ajouter cet auteur sur ma wish list et vérifier si ses œuvres sont à la médiathèque où je me sers !

    RépondreSupprimer
  5. Merci Gribouille pour cette découverte... je ne connaissais pas du tout, mais j'aime beaucoup l'histoire, et je pense adorer ce roman avec pour fond de toile la Saint-Barthélemy. Donc je vais noté ce livre mais aussi La Religion dont tu fait allusion dans ta chronique :)

    RépondreSupprimer
  6. Merci Grybouille pour cette chronique! elle est vraiment bien écrite et m'a donné profondément envie de lire ce livre!

    RépondreSupprimer
  7. Ce n'est pas mon genre, mais cette chronique me rend curieuse.

    RépondreSupprimer
  8. Superbe chronique Gribouille ! on en redemande . A coup sur une lecture pour cet été. Merci encore

    RépondreSupprimer
  9. Je trouve ça intelligent de resituer le récit dans le contexte historique et de nous rafraîchir la mémoire. Quant à ton avis, Gribouille, il est clair et concis et donne envie de découvrir ce titre. Merci!

    RépondreSupprimer
  10. Félicitations pour cette chouette chronique Gribouille :) Je compte justement débuter La Religion très bientôt, alors je vais vite me procurer cette immanquable suite !
    Lupa

    RépondreSupprimer
  11. Félicitations pour cette chouette chronique Grybouille :) Je compte justement débuter La Religion très bientôt, alors je vais vite me procurer cette immanquable suite !
    Lupa

    RépondreSupprimer
  12. Je suis fan des romans qui parlent d'événements historiques. Honte sur moi, je ne connaissais pas du tout cette époque historique en fait et ça me encore plus curieuse de découvrir ce livre ! Merci pour ta chronique :)

    RépondreSupprimer
  13. J'ai acheté ce livre dès sa sortie car j'avais adoré La Religion (un des meilleurs romans historiques de tous les temps). Ton avis me décide à le sortir prochainement afin de suivre la suite des aventures de Mathias !

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour , cette chronique me donne envie de lire ce livre , je lis plutôt des genres "policier" , mais je serais curieuse de m'informer sur cette page (sombre) de notre histoire ...

    RépondreSupprimer
  15. Quel enthousiasme ! comment ne pas lire ce livre après avoir lu ta chronique ? je l'ajoute dans ma WL :)

    RépondreSupprimer
  16. Quel enthousiasme ! comment ne pas lire ce livre après avoir lu ta chronique ? je l'ajoute dans ma WL :)

    RépondreSupprimer
  17. Malgré ton avis plus que positif il ne me tente pas du tout :(

    RépondreSupprimer
  18. C'est un coup de cœur pour moi aussi !!! Merci Grybouille pour cette chronique qui a été l'impulsion pour le sortir de ma PAL ;-) Je ne regrette pas d'avoir cédé à ton enthousiasme ^^

    RépondreSupprimer