mardi 30 juin 2020

La Relique du Chaos - Giacometti Ravenne































La Relique du Chaos
GIACOMETTI & RAVENNE

Une quête, un secret, un espoir 

Juillet 1942. Jamais l’issue du conflit n’a semblé aussi  incertaine. Si l’Angleterre a écarté tout risque d’invasion,  la Russie de Staline plie sous les coups de boutoir des  armées d’Hitler. L’Europe est sur le point de basculer.
À travers la quête des Swastikas, la guerre occulte se  déchaîne pour tenter de faire pencher la balance. Celui  qui s’emparera de l’objet sacré remportera la victoire.
Tristan Marcas, agent double au passé obscur, part à la  recherche du trésor des Romanov, qui cache, selon le  dernier des tsars, l’ultime relique.
À Berlin, Moscou et Londres, la course contre la montre  est lancée, entraînant dans une spirale vertigineuse Erika,  l’archéologue allemande et Laure, la jeune résistante  française…

Éric Giacometti a été journaliste au Parisien. Il est aussi le scénariste de la bande dessinée Largo Winch.

Jacques Ravenne est écrivain. Maître franc-maçon, il est spécialiste des manuscrits anciens.

Ensemble, ils ont réalisé un documentaire, pour France5-RTBF, consacré aux archives maçonniques volées par les nazis.
Comme ils savent le faire, Giacometti et Ravenne mêlent, dans ce nouvel opus, pure fiction et découvertes historiques surprenantes, telles les recherches occultes des soviétiques sous Staline dont ils ont appris l’existence pendant leur enquête dans les archives de l’Armée rouge à Moscou.

Grybouille,

Troisième volume de « La saga du Soleil Noir », en tant que lecteur (trice) nous attendons le meilleur de nos auteurs, exercice difficile pour eux, d’autant plus dans la discipline qui a été choisie par Giacometti & Ravenne, la concurrence est rude…

Alors, je ne vous le cache pas, j’ai tremblé jusqu’à la dernière ligne. « La relique du chaos » va-t-il être à la hauteur des deux précédents livres ? Vont-ils s’en sortir ?

Les premières pages sous la forme d’un résumé des points forts des deux premiers Tomes, de Berlin en 1938, en passant par Lhassa, Montségur, la Crète, Venise, Londres, Moscou, nous voici en 1942 où l’issue de la seconde guerre mondiale semble incertaine.
Bien vu, ça commence sous de bonnes augures, se rafraichir les neurones en souplesse.

Et c’est parti.

A la recherche de la quatrième et dernière relique,  « Le succès n’est pas final, l’échec n’est pas fatal, c’est le courage de continuer qui compte. » disait Sir Winston Churchill.

Vous découvrirez ou retrouverez :
Tristan, l’agent infiltré du SOE, au plus près dans l’état-major des SS depuis trois ans.
Erika Von Essling, directrice de l’Ahnenerbe, « Comment elle, la fille de bonne famille, avait-elle fini par chercher d’improbables swastikas sacrées… »
Laure, agent française au SOE, « …le grand jeu allait commencer dans quelques instants. »
Aleister Crowley, le mage, « Je vénère autant Isis qu’Osiris ! Et alors ? »
Commander Malorley, du département S du SOE, « Le vin ne peut être que français, comme le bon sens anglais. »

Vous y croiserez, Churchill, George VI, Moira, Conrad, Suzan, le Reischfuhrer Himmler « l’ancien éleveur de poulet », le SIS anglais, Bruno Beger, les Romanov, le NKVD, Staline, Hitler, Tommy le copain poilu de Laure, et tant d’autres qui prennent place dans cette grande aventure.
Même …………., enfin je vous laisse découvrir.

Le voyage pour ce troisième volume ? Dans toute l’Europe.
La période ? De 1918 à 1942.

Vous l’aurez compris ce thriller, saupoudré d’une pincée de Polar est une réussite, de part sa richesse en évènements historiques, de part l’implication et la qualité d’écriture des deux auteurs.
Les trois volumes sont d’une même intensité, aucune faiblesse. Les éléments collectés par les auteurs sont un plus qui rendent crédibles certains événements qui sont vécus par les personnages.
D’autres sont des clins d’œil à cette période de notre histoire du XXème siècle, période folle, terrible, angoissante, jusqu’à la délivrance..  .

En fil rouge, un livre, le Thule Borealis Kulten, « Les cimetières du temps sont peuplés des fantômes des peuples qui se croyaient éternels. »

Alors chers (es) lecteurs (trices), vite à vos jeux de tarots pour éclairer tout cela, sous la protection de l’Étoile bien évidemment..  .

Bonne lecture, heu, pourquoi je dis ça ?
Elle ne peut qu’être bonne, dans ce genre, nous sommes dans le top 3 à l’international !

@ Bientôt,



lundi 29 juin 2020

Il était deux fois - Franck Thilliez

Chronique de SCARLETT

Résumé : En 2008, Julie, dix-sept ans, disparaît en ne laissant comme trace que son vélo posé contre un arbre. Le drame agite Sagas, petite ville au cœur des montagnes, et percute de plein fouet le père de la jeune fille, le lieutenant de gendarmerie Gabriel Moscato. Ce dernier se lance alors dans une enquête aussi désespérée qu’effrénée. Jusqu’à ce jour où ses pas le mènent à l’hôtel de la Falaise… Là, le propriétaire lui donne accès à son registre et lui propose de le consulter dans la chambre 29, au deuxième étage. Mais exténué par un mois de vaines recherches, il finit par s’endormir avant d’être brusquement réveillé en pleine nuit par des impacts sourds contre sa fenêtre… Dehors, il pleut des oiseaux morts. Et cette scène a d’autant moins de sens que Gabriel se trouve à présent au rez-de-chaussée, dans la chambre 7. Désorienté, il se rend à la réception où il apprend qu’on est en réalité en 2020 et que ça fait plus de douze ans que sa fille a disparu…


Chronique :


« Pense-t-on autant à son enfant, lorsqu‘il est toujours là ? L’aime-t-on autant que dans l’absence ? Gabriel ne savait pas, sa vie d’avant n’existait déjà plus. Celle à venir ne serait que calvaire. Quelle que soit l’issue de leurs recherches, leurs vies serait à jamais transformées, broyées, asséchées par trop de larmes versées.»

Bon et bien allons droit au but, ce dernier thriller de Franck Thilliez est un puta*n de vraiment super bon bouquin. On est à Sagas village de la région alpine  assez misérable, Gabriel Moscato gendarme arrive à l’hôtel de la falaise, Julie sa fille est portée disparue depuis un mois et il la recherche. Douze ans plus tard, même village, une pluie d’oiseaux morts s’abat sur la région alors que le corps d’une jeune femme tatouée est découvert le visage méconnaissable et le capitaine Paul Lacroix ancien collègue et ami de Moscato est chargé de l’enquête. Et entre ces deux moments …que s’est t-il passé ?

 Voilà comment on entre dans le roman , un peu sonné par cette vision hitchcockienne des oiseaux et très vite happé par le rythme de la quête de Gabriel qui recherche sa fille et les recherches de Paul qui se vont se télescoper forcement quelque part. 

Gabriel, c’est ce père devenu amnésique qui recherche envers et contre tout sa fille disparue, c’est un vieux loup blessé, fragilisé mais qui se bat avec une énergie rageuse, désespérée  pour son enfant. Paul lui semble usé , fatigué par des années de doute et de questions sans réponse sur la disparition de Julie qui était la meilleure amie de sa fille mais il reste toujours un fin limier.

Le lecteur n’a aucun répit, le rythme est haletant sans pause, les évènements succèdent  aux découvertes, celles-ci apportant de nouvelles questions sans réponse. On se retrouve dans un village triste et sombre avec des disparus , des cadavres, des mémoires perdues, des secrets enfouis, des portraits peints à l’encre rouge, des personnages complexes, tordus ,des labyrinthes et des palindromes…Le sujet de la mémoire ou bien de l’absence de souvenirs est un sujet que l’on retrouve à nouveau dans ce livre, il y a des clins d’œil à d’autres écrivains ( c’est drôle je viens de lire le dernier Minier) ,à Monsieur Hitchcock himself, à l’auteur lui-même et oui !

On voyage des Alpes à Lille en passant par Bruxelles, Orléans ou  Berck sur Mer (tiens, tiens..), et de la Pologne à Paris. L’auteur agence virtuosement les intrigues et  et nous on rame pour essayer de dénouer le fil car Franck Thilliez a toujours au moins deux à trois longueurs d’avance sur le lecteur comme un très très bon joueur d’échec.

Après cette période si singulière, retrouver les repères rassurants d’un auteur que vous suivez et qui non seulement reste fidèle à lui-même mais vous livre un vraiment très bon crû alors là je dis MERCI ET CHAPEAU Monsieur Thilliez.

PS : moi j’ai une dernière question, les toutes dernières pages du manuscrit, est-ce votre écriture Monsieur ?

 
«  Quelque chose d’intimement beau et mélancolique se dégageait de cette grande baie où la mer se retirait si loin qu’on ne la distinguait plus. Le gris du ciel s’écrasait sur le gris de la mer, deux teintes aussi puissantes que les bleus du Sud, tout en contraste avec le jaune coquille d’œuf de l’étendue sauvage et ancestrale du sable. »




dimanche 28 juin 2020

Alma [Le vent se lève] - Timothée de Fombelle


Résumé :  1786. Le jour où son petit frère disparaît, Alma part sur ses traces, loin de sa famille et de la vallée d'Afrique qui les protégeait du reste du monde. Au même moment, dans le port de Lisbonne, Joseph Mars se glisse clandestinement à bord d'un navire de traite, La Douce Amélie. Il est à la recherche d'un immense trésor. Dans le tourbillon de l'Atlantique, entre l'Afrique, l'Europe et les Caraïbes, leurs quêtes et leurs destins les mènent irrésistiblement l'un vers l'autre.
Le premier volet éblouissant d'une trilogie d'aventure sur l'esclavage et le combat de l'abolition.












Chronique : Timothée de Fombelle est un des monuments de la littérature jeunesse, un des plus grands écrivains français, un immense romancier qui nous prouve encore une fois à quel point la littérature jeunesse est importante, à quel point cette littérature est riche et passionnante.

J'avais adoré Le Livre de Perle et Vango mais avec Alma j'ai retrouvé ce que j'ai ressenti avec Tobie Lolness, une lecture qui a forgé la lectrice que je suis aujourd'hui. Alma est l'exemple parfait de ce qu'il y a de meilleur dans la littérature jeunesse. L'auteur met en lumière un sujet difficile, un sujet important et il utilise son imagination (agrémentée d'un véritable travail de documentation) et sa magnifique plume pour offrir une histoire inoubliable à son lectorat. Je dois ajouter que j'ai été très heureuse de retrouver les illustrations de François Place, le duo Timothée de Fombelle-François Place est aussi emblématique pour moi que celui de Roald Dahl et Quentin Blake.

J'ai terminé cette lecture les larmes aux yeux tellement cette histoire est sublime, tellement l'émotion est omniprésente, tellement cette intrigue est fascinante, tellement l'écriture est belle. Il va être très difficile pour moi d'attendre les deux autres tomes de cette trilogie et je pense que ce roman jeunesse est le meilleur de cette année, il sera en effet compliqué pour un autre roman du même genre de détrôner celui-ci.

La grande puissance de ce livre est sa faculté à nous offrir différents points de vue, de nous faire voyager entre les personnages. Le lecteur va ainsi voguer entre l'héroïne courageuse qu'est Alma, les différents membres de sa famille, l'intrépide Joseph, l'indépendante Amélie, la touchante Sirim et de nombreux autres personnages.

Au travers d'un roman choral, Timothée de Fombelle nous livre une partition flamboyante. J'ai été éblouie par cette lecture, je pense que c'est un livre qui peut apporter beaucoup à son lectorat en touchant droit au cœur, en abordant avec justesse et complexité une période historique sombre et violente.

En définitive, ce livre est une pépite, une vraie merveille de la littérature jeunesse qui s'adresse à toutes et à tous. Peu importe votre âge, lisez ce livre ! 


samedi 27 juin 2020

La Fiancée [Tome 1] - Kiera Cass


Traduction : Madeleine Nasalik
Résumé :Hollis Brite a grandi à la cour de Coroa, rêvant – sans trop y croire – d’attirer l’oeil du jeune et beau roi Jameson, connu pour ses multiples conquêtes. Un jour, pourtant, c’est elle qui lui fait tourner la tête…
Mais, alors que Jameson est sur le point d’annoncer leurs noces prochaines, l’arrivée d’un jeune noble en provenance d’un royaume voisin va changer la donne : attentionné et perspicace, il semble comprendre Hollis mieux que quiconque auparavant.
L’avenir radieux promis à la jeune fille devient soudain beaucoup plus incertain : renoncera-t-elle à un destin royal, quitte à se couper de ce qu’elle a toujours connu ?









Chronique : J'avais bien apprécié les deux premiers romans de la trilogie La Sélection (un peu moins le dernier), j'avais donc hâte de lire ce nouveau roman -La Fiancée- mais malheureusement le rendez-vous est manqué...

Tout d'abord j'ai eu l'impression que la romancière reprenait exactement les mêmes ingrédients que son œuvre précédente, cependant cela ne fonctionne pas aussi bien. 

Je n'ai pas du tout réussi à m'attacher aux personnages, j'ai trouvé l'héroïne assez agaçante, de même que les personnages secondaires. Je ne suis pas une grande adepte des triangles amoureux et ici je n'ai pas du tout adhéré à celui que proposait Kiera Cass. Il renforce la sensation d'immaturité qui transparait de chaque protagoniste.

Si j'ai trouvé que le fait de recycler les qualités de La Sélection n'était pas efficace ici, j'ai par contre retrouvé les bémols de la trilogie précédente notamment le caractère très superficiel de l'intrigue et de la personnalité des personnages.

De surcroit j'ai eu encore plus de mal avec la plume de l'auteure qui n'était pas d'une grande qualité. Ajoutons à cela le fait que le dénouement est certes très inattendu mais surtout très bancal. Je pense que cela aurait pu être une bonne idée si cela avait été mieux tourné, que la réaction de l'héroïne avait été plus vraisemblable mais ici cela ne fonctionne absolument pas et cela laisse encore plus le lecteur sur sa faim.

En définitive, je suis sortie très dubitative de cette lecture, c'est vraiment dommage car j'avais apprécié La Sélection et que la couverture de ce nouveau roman était magnifique.