lundi 5 décembre 2022

Magic Charly [Tome 3] - Audrey Alwett

Résumé:

Thadam est en danger: les pannes de magie se multiplient, les gens disparaissent mystérieusement et perdent la mémoire. Sapotille, June et Césaria tentent de déjouer les plans machiavéliques du juge Dendelion qui cherche à accaparer tous les pouvoirs. Seul Charly peut agir, mais il s'est perdu dans un autre monde. Sapotille et ses amis réussiront-ils à le retrouver pour contrer l'Académie et qu'enfin justice soit faite? 

 

 

 

 

 

 

 

Chronique :

Quelle tristesse de quitter Charly dans ce troisième tome d'une trilogie dont on aurait aimé lire encore et toujours plus de tomes mais aussi quelle joie de le retrouver, quel bonheur de lire cette série absolument parfaite du début jusqu'à la fin, quelle réussite pour Audrey Alwett qui s'inscrit avec Magic Charly comme une romancière incontournable de la littérature jeunesse !

Lorsqu'on quitte un univers avec un pincement au cœur c'est que la qualité et l'émerveillement sont bien là. Happée dès le premier tome dans ce monde, qui peut certes en rappeler d'autres mais qui possède indéniablement sa propre atmosphère et ses codes intrinsèques, je ressors de ce troisième tome encore une fois fascinée et admirative du talent de conteuse de cette écrivaine à la plume dynamique et facétieuse.

Le temps est venu de se confronter aux derniers dangers et aux ennemis de la première heure, Charly, Sapotille et June sont de retour pour encore plus d'humour, d'émotion et d'aventure. Entre le juge qui cherche encore et toujours plus de pouvoir, le Cavalier qui n'a plus aucune trace d'humanité en lui et la magie qui s'étiole, le trio et leurs alliés auront de quoi faire !

J'ai encore une fois adoré cette lecture et je suis vraiment heureuse que l'auteure ait réussi à faire des tomes aussi aboutis et excellents sans aucune faille. Alors même que nous sommes en présence d'un monde magique, l'auteure distille régulièrement des messages en lien avec des thèmes très contemporains. C'est une trilogie qui peut ainsi se lire sur différents niveaux de lecture et plaira autant aux enfants, aux adolescents qu'aux adultes qui ont gardé leur âme de Petit Prince.

Je tiens à remercier sincèrement Audrey Alwett qui a réussi à me ramener en enfance grâce à cette trilogie, j'ai pu ressentir de nouveau ce que j'ai pu vivre en lisant les grandes séries qui ont marqué ma vie comme Harry Potter, Narnia, Ellana, Tobie Lolness... C'est une trilogie qui mérite sincèrement d'être mise en lumière.

Je n'ai maintenant plus qu'à croiser les doigts pour qu'un jour Audrey Alwett accepte de revenir dans cet univers pour d'autres péripéties car ce monde me manque déjà énormément. Et encore une fois bravo à Stan Manoukian pour les illustrations !




samedi 3 décembre 2022

J'étais le collabo Sadorski - Romain Slocombe

 













J’ÉTAIS LE COLLABO SADORSKI

de Romain SLOCOMBE

 

L'épuration comme vous ne l'avez jamais lue. 

Septembre 1944 : partisans de De Gaulle et de Staline rivalisent pour le pouvoir dans Paris fraîchement libéré. C’est à qui rétablira l’ordre le premier, ou plutôt son ordre. Démasqué et menacé d’être fusillé, l’inspecteur Léon Sadorski n’en mène pas large. Le sort en a pourtant décidé autrement. En échange de l’indulgence des cours de justice, l’ex-collaborateur se voit confier par les chefs de l’insurrection une mission semée de pièges : identifier les « taupes » laissées par la police de Vichy au sein du Parti communiste.
Rien ne se passant comme prévu, Sadorski se retrouve séquestré dans un des pires centres de détention et de torture gérés par les FTP. Mais il entend bien échapper à ses geôliers afin de rechercher sa femme, Yvette, disparue dans les purges des premières heures de la Libération. Pour cela, Sadorski aura besoin d’argent, de beaucoup d’argent…

 

Romain SLOCOMBE,

Né à Paris dans une famille franco-britannique, Romain Slocombe est l'auteur de plus de vingt-cinq romans, dont Monsieur le Commandant (prix Nice-Baie des Anges, prix Jean d'Heurs, Trophée 813, sélection du prix Goncourt), Première station avant l'abattoir (prix Mystère de la critique, prix Arsène Lupin) et L'Affaire Léon Sadorski, qui a reçu le prix Libr'à Nous et a également figuré sur la liste du Goncourt.

 

Grybouille,

L’auteur nous livre son 6ème roman qui met en scène le flic Sadorski pendant l’une des périodes les plus noires de notre pays, je veux parler de la Seconde Guerre Mondiale.

« J’étais le collabo Sadorski » nous parle du temps de « l’épuration » qui a suivi la libération de la France et plus particulièrement celle de Paris.

Ce temps revenu où « Ce pelé, ce galeux, d’où venait tout leur mal./ Sa peccadille fut jugée un cas pendable…» LA FONTAINE.

Parmi les « coupables », combien d’« innocents » ont dû payer le prix de la « victoire » ?

Quatre ans de peurs et de frustrations qui se soulagent sur un voisin, une commerçante, un membre de sa famille… Jalousie, bêtise, méchanceté… La noirceur du genre humain !

Foule aveugle «  D’ailleurs, il y a ceci d’enivrant que, quand tout le monde crie à mort, personne ne se sent directement responsable. » Jean-Pierre ABEL.

Résistants de la dernière heure, mafieux en recherche de virginité, politiciens et hauts fonctionnaires qui veulent sauver leur tête et retrouver le pouvoir…

Dans ses livres, Romain Slocombe réussit ce tour de force de réveiller en nous notre mémoire, ou d’en faire une pour les plus jeunes, à travers les « aventures » de Léon Sadorski c’est toutes les images de la France de cette période qui défilent. 

Richement documenté, d’un style parfait, l’auteur balaye devant notre porte ce que nous avons enfoui dans nos mémoires trans-générationnelles , « Watch your step » diraient nos libérateurs…

Encore un polar historique de Romain Slocombe qui tient ses promesses !

Et puis il y a une histoire d’Amour, même si  Sadorski reste un salaud qui continue à donner des « coups de canifs » dans son contrat de mariage… Faut-il  qu’Yvette l’aime son Léon.

En attendant le prochain « Sadorski », car j’ai l’impression que nous n’en avons pas fini avec Léon, je vous souhaite à toutes et à tous de belles lectures en compagnie de Romain slocombe, un auteur surprenant et terriblement attachant.

 

A Bientôt, 

 



 

jeudi 1 décembre 2022

La Diagonale des Reines - Bernard Werber

 

Résumé :Et si vous n’étiez qu’un pion dans leur jeu ?

Deux femmes, deux destins, deux visions opposées du monde. L’une croit dans la force du groupe. L’autre en l’individualisme.

Leur duel est inévitable… laquelle aura l’avantage ?

Des années 1970 à 2050, entre guerres, attaques terroristes et espionnage, elles vont s’opposer sans répit et sans merci. Leur terrain de jeu s’étend aux quatre coins de la planète, devenue un échiquier géant dont les humains sont les pièces.

 

 

 

 

Chronique : Ayant adoré la trilogie des Dieux ou encore Le Miroir de Cassandre, ayant été très déçue par d'autres romans de cet auteur, je suis entrée avec une petite appréhension dans La Diagonale des Reines mais j'ai été finalement convaincue.

Il est vrai que ce titre n'est pas mon préféré de Bernard Werber mais je l'ai trouvé abouti et solide dans l'ensemble. Ayant une réelle fascination pour les échecs, j'étais très curieuse de plonger dans ce livre et de voir en quoi cette discipline allait s'incruster dans cette intrigue de rivalité.

D'un côté il y a l'individualiste Monica et de l'autre Nicole qui ne jure que par la multitude. Étrangement au fur et à mesure de la lecture on se demande si Monica n'est pas finalement celle qui aide au mieux la population alors que Nicole l'utilise. Chaque lecteur choisira un camp, personnellement j'ai largement préféré Monica qui malgré son besoin de solitude a une capacité à l'empathie plus évidente que Nicole. Cette dernière m'a fait froid dans le dos par moment à manipuler le plus grand nombre pour assouvir ses propres désirs et besoins.

Pendant des années les deux vont s'affronter, vont confronter leurs idées et marquer l'Histoire. C'est là l'intérêt de ce roman : traverser des grands moments historiques et voir comment ces deux anti-héroïnes s'y intègrent et changent son cours.

En lisant ce roman j'ai aussi été heureuse de retrouver la fameuse encyclopédie du savoir relatif et absolu, j'adore ces anecdotes qui ouvrent notre culture générale sur des thèmes inattendus. Après je dois avouer que ce titre manque parfois un peu de subtilité et de vraisemblance à mon goût, je n'ai pas été aussi impressionnée qu'avec les Fourmis ou les Dieux mais j'ai retrouvé une grande partie de ce que j'aimais dans l'œuvre de cet écrivain et qui m'avait manqué dans La Prophétie des abeilles. Un beau duel du début jusqu'à la fin !

 


 

lundi 28 novembre 2022

Sous un ciel étoilé - Clarisse Sabard

 Résumé : Après une rupture aussi douloureuse qu'inattendue, Chloé trouve refuge à Vallenot, le village de son enfance, pour les fêtes de fin d'année. L'occasion pour elle de souffler et de profiter d'un peu de tranquillité ? Pas si sûr ! Il lui faudra composer avec sa sœur jumelle Albane qui, après un burn-out, vient de se séparer de son mari, l'arrivée de Théo, qui ressemble en tous points à l'homme idéal, et Matthew, qu'elle ne parvient pas à se sortir du cœur... Entre les disparitions mystérieuses de nains de jardin et les concours de pulls moches, le Noël de Chloé s’annonce bien mouvementé ! 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Chronique

Lire une romance de Noël de Clarisse Sabard devrait être une tradition aussi emblématique que la bûche ou les chants car cette fabuleuse romancière a parfaitement su capter l'essence magique de ce moment. Après tout j'ai lu ce titre en plein mois d'août, sous le soleil et la canicule et pourtant j'entends les grelots du traineau du Père Noël et je sens l'odeur du chocolat chaud, cela prouve bien que cette romancière est une vraie magicienne !

Nous sommes de retour à Vallenot, le village enchanteur où Noël semble toujours être synonyme de nouvelles aventures. Vous n'avez pas besoin d'avoir lu les précédents titres se déroulant dans ce lieu (même si c'est un sacrilège de ne pas avoir déjà dévoré tous les romans précédents !) pour savourer cette nouvelle gourmandise.

Plonger dans un roman de Noël de Clarisse Sabard c'est s'aventurer au cœur même de l'ambiance étincelante de Noël ! Préparez le chocolat, les marshmallows, les biscuits et le feu de cheminée (si vous n'avez pas de cheminée sachez que Netflix a des vidéos d'extraits de feux de cheminée en train de crépiter pour vous aider à vous mettre dans l'ambiance). Soyez prêts à croiser de nouveau les personnages que vous avez tant aimer dans les livres précédents et à en découvrir d'autres.

Encore une fois j'ai adoré les différents protagonistes, je me suis très vite attachée à Chloé et j'ai instantanément été de nouveau immergée dans l'ambiance du village. En plus de cette atmosphère merveilleuse, de ces personnages attachants, on retrouve aussi l'humour pétillant et l'espoir lumineux qui font la force des romans de Clarisse Sabard.

Que vous soyez en quête du Père Noël ou tout simplement à la recherche d'un livre porteur d'amour et de bienveillance, lisez Sous un ciel étoilé. Je déclare que la lecture de ce roman est la tradition incontournable de ce Noël 2022 ! 


 

samedi 24 septembre 2022

La Cité des nuages et des oiseaux - Anthony Doerr

 

Traduction :Marina Boraso

Résumé :  Un manuscrit ancien traverse le temps, unissant le passé, le présent et l’avenir de l’humanité. Avez-vous jamais lu un livre capable de vous transporter dans d’autres mondes et à d’autres époques, si fascinant que la seule chose qui compte est de continuer à en tourner les pages ? Le roman d’Anthony Doerr nous entraîne de la Constantinople du XVe siècle jusqu’à un futur lointain où l’humanité joue sa survie à bord d’un étrange vaisseau spatial en passant par l’Amérique des années 1950 à nos jours. Tous ses personnages ont vu leur destin bouleversé par La Cité des nuages et des oiseaux, un mystérieux texte de la Grèce antique qui célèbre le pouvoir de de l’écrit et de l’imaginaire. Et si seule la littérature pouvait nous sauver ?



Chronique : Prix Pulitzer pour Toute la lumière que nous ne pouvons voir, Anthony Doerr revient avec un roman encore plus ambitieux et impressionnant.

Imaginez un voyage qui transcende le temps et l'espace, où le lecteur est emporté dans une épopée flamboyante qui ne connait aucune limite si ce n'est l'imagination de son auteur, où chaque personnage semble suivre son propre destin et pourtant tous les protagonistes de cette intrigue sont liés par un texte. C'est ainsi qu'un roman rend hommage à la fois au pouvoir des mots mais aussi à ce lien imperceptible qui relie chaque existence.

Dans la droite lignée du magnifique livre (et film) Cloud Atlas, Anthony Doerr signe un roman qui s'affranchit des règles de la narration et des genres littéraires pour offrir avant tout un grand spectacle littéraire. Vous allez ainsi voguer du Constantinople du XVème siècle à l'Amérique embrigadée dans la guerre de Corée, de notre époque aux États-Unis jusqu'à un voyage spatial dans le futur.

La grande force de ce livre repose sur cette construction en roman choral où chaque partie possède son propre rythme : certaines vont s'écouler sur plusieurs années, d'autres sur quelques heures à peine. Chaque moment est essentiel et donne ainsi l'impression que tout est connecté, entrelacé, entremêlé pour former ainsi un tableau de maitre.

Entre roman historique, contemporain et d'anticipation, La cité des nuages et des oiseaux propose une partition magistrale. J'avais lu ce livre en version anglaise et je peux vous assurer suite à ma relecture en VF que la traduction réussit parfaitement à retranscrire le côté addictif et prenant de la plume originale.

Ce livre s'adresse à tous les lecteurs en quête d'aventure, de dépaysement et d'émerveillement. Parmi tous les titres de la rentrée littéraire, ce roman fait partie des rares possédant un véritable souffle épique : encore un excellent choix éditorial chez Terres d'Amérique !

 


 

jeudi 22 septembre 2022

Cher Connard - Virginie Despentes

Résumé : «  Cher connard,
J’ai lu ce que tu as publié sur ton compte Insta. Tu es comme un pigeon qui m’aurait chié sur l’épaule en passant. C’est salissant, et très désagréable. Ouin ouin ouin je suis une petite baltringue qui n’intéresse personne et je couine comme un chihuahua parce que je rêve qu’on me remarque. Gloire aux réseaux sociaux  : tu l’as eu, ton quart d’heure de gloire. La preuve  : je t’écris.  »
 Après le triomphe de sa trilogie Vernon Subutex, le grand retour de Virginie Despentes avec ces Liaisons dangereuses ultra-contemporaines. Roman de rage et de consolation, de colère et d’acceptation, où l’amitié se révèle plus forte que les faiblesses humaines…






Chronique : Il est partout dans la presse, sur le net, à la télé et j'en passe. Ayant lu d'autres romans de Virginie Despentes, j'étais curieuse de lire ce nouveau livre qui se veut le témoignage de l'ère post-#Metoo.  J'en conviens mon avis sera noyé dans la masse, n'apportera rien de spécifique au débat mais après tout autant vous faire partager mon retour ?

On ne va pas tourner autour du pot je fais partie de l'équipe des déçus : si les premières pages étaient prometteuses avec quelques formules bien senties, quelques insultes cathartiques et quelques références intéressantes, j'ai progressivement eu l'impression de stagner, de faire du surplace et de m'ennuyer ferme.

Dès le départ ce livre avait un handicap : je ne suis pas du tout fan du genre épistolaire. À mes yeux (à l'exception de quelques livres) soit un roman épistolaire manque de "naturel" puisque l'auteur se substitue à ses personnages-correspondants avec de trop importantes descriptions pour que cela sonne juste dans une lettre, soit (et c'est le cas ici) les lettres sont des éternelles répétitions de réflexions sans que l'intrigue ne démarre jamais réellement.

Ici Cher Connard ne possède pas d'histoire à proprement parler, ici l'auteure a surtout trouvé le moyen idéal (et un peu trop facile pour moi) d'exprimer toutes les pensées, réflexions, jugements initiés par les différents mouvements et événements actuels. Le style en devient lourd et redondant mais surtout cela manque cruellement de l'audace propre à Despentes. J'ai trouvé le tout convenu et prévisible, un titre qui ajoute son grain de sel à tout ce qui a déjà été dit et écrit sans rien apporter au débat si ce n'est le nom de son auteure.

Après comme je le dis au départ ce n'est que mon humble avis qui ne changera strictement rien au destin de ce livre (qui remporte déjà un gros succès commercial). Si vous souhaitez découvrir l'écriture et l'univers Despentes je vous incite plutôt à vous diriger plutôt vers King Kong Théorie ou Vernon Subutex car en dehors de son titre, Cher connard manque de panache...