samedi 3 décembre 2016

Le masque des jours de fête - Jean-François Schwaiger

Lu en : V.F.
Résumé : Dans ces dix nouvelles, Jean-François Schwaiger conjugue la réalité quotidienne et un soupçon de fantastique. Fidèle aux canons du genre, l’auteur nous brosse à chaque fois des personnages attachants, et des situations qui basculent de l’ordinaire à l’extraordinaire, avec à chaque fois le souci d’une chute surprenante ou bien amenée. Sans pesanteur, avec l’efficacité qu’impose un texte court, il nous parle de l’essentiel  : les autres.

Je remercie Jean-François Schwaiger pour cette lecture !








Chronique : Le Masque des jours de fête est le premier recueil de nouvelles publié de Jean-François Schwaiger, voici mon avis.

Ce n'est que depuis très récemment que j'ai appris à apprécier les nouvelles et ce grâce aux auteurs américains pour qui ce genre littéraire est véritablement fondamental. Je n'ai lu que très rarement des recueils français et souvent mon avis est en demi-teinte. Ici pour Le masque des jours de fête j'ai eu un ressenti un peu similaire. J'ai apprécié certaines nouvelles, j'étais neutre sur d'autres voire mitigée. 

C'est un exercice très difficile et il faut savoir en peu de mots absorber toute la substantifique moelle d'une histoire, d'un personnage, d'une intrigue, d'un mot. Il faut attirer l'attention, l'intérêt du lecteur tout de suite et l'emporter jusqu'au bout, j'attends aussi un dénouement inattendu ou un élément original. Il y a donc des nouvelles qui ne m'intéressaient pas particulièrement comme C'est chaud les samedis, il y en a d'autres que je trouvais sympathiques comme Flegme ou Seul.

Ce que j'aime aussi dans les recueils c'est qu'il y ait une certaine harmonie, une cohérence ou encore un lien entre les histoires, pour ce recueil il y a principalement des histoires du quotidien, des instants de vie mais on peut aussi trouver des passages fantastiques. J'aurais aimé que certaines nouvelles soient plus longues, plus approfondies. Je pense vraiment que cela vient du fait que je sois moins sensible aux nouvelles françaises qu'américaines, que ce n'est pas mon genre habituel, je suis donc assez difficile et dès lors j'ai apprécié certains moments et je suis restée plus neutre pour d'autres.

En définitive, si vous aimez les nouvelles lancez-vous !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire