jeudi 28 janvier 2021

Un papillon, un scarabée, une rose - Aimee Bender

Traduction : Céline Leroy

Résumé :  Francie a huit ans quand la dépression de sa mère, Elaine, vient bouleverser à jamais son existence. Recueillie par son oncle et sa tante, Francie grandit entourée d’affection auprès de sa cousine Vicky. Malgré tout, elle vit une jeunesse singulière, détachée du réel, habitée par la peur de la folie. Mère et fille tracent dès lors leur chemin : l’une survit, l’autre se construit en s’efforçant de « ralentir le monde » et de sonder ses souvenirs d’enfance. Mais comme toujours dans les romans d’Aimee Bender, la fantaisie règne : un insecte décorant un abat-jour prend vie puis s’échappe, une fleur brodée sur un rideau tombe au sol, bien palpable… L’imaginaire devient le lieu le plus propice à la découverte de vérités profondes.

 

 

 

 

Chronique : Souvent on choisit de lire un livre sans avoir lu la quatrième de couverture parce qu'on connait très bien l'auteur ou la maison d'édition, ici c'est tout simplement parce que j'adore sa traductrice : Céline Leroy.

On met trop peu en avant le travail des traducteurs et pourtant il est primordial. Sans eux nous serions cantonnés à nos frontières, nous ne quitterions jamais notre pays par le pouvoir de l'imagination (sauf si vous maitrisez une autre langue mais techniquement je doute que vous en parliez une cinquantaine ou même une dizaine). Sans les traducteurs, les auteurs ne pourraient pas prouver que la fiction transcende les nationalités, que la littérature est universelle. Ainsi je tiens à commencer cette chronique en remerciant les traducteurs et notamment la fabuleuse Céline Leroy.

Maintenant parlons un peu du nouveau roman d'Aimee Bender publié aux éditions de l'Olivier (excellente maison d'édition qui publie d'immenses auteurs particulièrement en littérature américaine puisque c'est une de mes littératures de prédilection).

En lisant ce roman j'ai retrouvé l'âme d'autres histoires que j'ai tant aimé, si vous avez aimé Dites aux loups que je suis chez moi (Carol Rifka Brunt), Les règles d'usage (Joyce Maynard) ou encore Ma mémoire est un couteau (Laurie Halse Anderson), alors vous allez adorer cette petite pépite qui se lit avec plaisir et qui nous touche profondément.

Ce livre raconte l'histoire d'une fille puis d'une femme et de son rapport avec sa mère. Une mère souffrant de maladie mentale, une mère qui n'aura pas su être le roc, le pilier que toute personne a besoin dans sa vie. Une mère qui, dans son absence, guide quand même les pas de sa fille. Ce roman met aussi en avant un savant mélange entre le réel et l'imaginaire, entre la cruelle réalité et le côté parfois fantastique/étrange de la vie.

Portée par ce texte, j'ai ressenti une profonde et belle empathie pour Francie, pour son parcours, pour ses pensées et ses doutes. C'est un personnage auquel on s'attache, auquel on s'identifie aussi par moment, que l'on suit avec émotion et qu'on accompagne jusqu'au bout. Malgré les thèmes difficiles abordés au cours du roman, j'ai trouvé qu'il était aussi illuminé d'une lueur perpétuelle d'espoir .

En définitive, Aimee Bender est une romancière talentueuse qui réussit à harmoniser des sujets essentiels avec une atmosphère fantastique et poétique remplie d'espoir. C'est une parfaite métaphore de la vie.

 


 

 



 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire